Cléofée

        Cléofée est une petite sirène mélomane. Bien sûr, la musique sous l’eau n’a rien à voir avec celle qui peut enchanter nos oreilles. En cet aspect là, Arielle, la petite sirène est bien loin du compte !

         En effet, le son voyage différemment sous l’eau. Comme il a toujours besoin d’air pour pouvoir être entendu, il faut, en premier lieu pouvoir créer une belle bulle d’air capable d’accueillir la musique voulue.

         Cléofée se sert d’un orgue aquatique. Chaque touche qu’elle presse résonne dans les tuyaux de l’instrument et s’accumule dans une poche d’air qui sera ensuite libérée quand elle est pleine.

         Les bulles peuvent avoir des tailles et des couleurs différentes en fonction des mélodies qu’elles contiennent. Il y a donc un premier aspect beaucoup plus visuel quand on écoute de la musique dans les fonds marins.

         Il suffit ensuite de glisser son oreille vers le centre de la bulle. Une explosion de sons et de notes se font alors entendre. La musique de Cléofée a cela de particulier qu’on la perçoit tout à la fois. Pas d’espaces ou de blancs. Il faut  imaginer que chaque bulle musicienne, pour être agréable à l’oreille, doit contenir une véritable harmonie en elle-même.

         Les concerts sous marins sont donc très distincts des nôtres. Chaque spectateur a sa bulle à disposition et peut, à loisir, la réécouter. Mais cela nécessite un temps d’imprégnation à chaque fois, pendant lequel l’auditeur replace mentalement les rythmes et les silences.

         C’est une sacrée gymnastique dont les êtres humains sont incapables. C’est pourquoi, Ulysse et ses compères ont été attirés par le chant des sirènes. Leur incapacité a traiter ce qu’ils entendaient les a complètement rendus impuissants.

         Heureusement, Cléofée n’a aucune volonté de nuire aux humains. Son plaisir réside dans la volupté des bulles musicales et colorées.

Les Evanescents d’Albane – décembre 2017